Le parc des expositions

Au cœur de la zone d’activités de Malan sur la commune d’Olemps, Rodez agglomération projette la construction d’un parc des expositions, pour répondre aux besoins du territoire et de ses acteurs économiques en matière d’accueil de manifestations notamment de salons professionnels, conventions d’entreprises, séminaires, congrès, salons grand public, évènements sportifs, spectacles ou grands concerts… dans un lieu et un site accueillants et adaptés.

Le détail du projet de parc des expositions

Le parc des expositions, situé sur les communes de Luc-la-Primaube et Olemps  représente une superficie approximative de 7 hectares sur une emprise globale de 25 hectares.

Au terme d’un concours d’architecture qui a rassemblé 67 candidats autour du futur parc des expositions, le cabinet parisien S. AREA, fondé par Alain Sarfati a été retenu.

Il se compose de deux halls :

  • le premier hall multifonction disposera de 3 200 m² de surface d’exposition, une hauteur sous poutres de 12 m, permettant l’accueil de 2 300 à 3 000 personnes assises (en fonction de la surface de scène) et plus de 5 000 personnes debout.
  • le second hall complémentaire, disposera de 1 800 m², une hauteur sous poutres de 8 m, pourra accueillir les grandes manifestations économiques, les petits évènements culturels et sportifs.

Le plan de fonctionnement vise un objectif d’activité de 221 à 272 jours par an (y compris montage et démontage des installations) et une fréquentation pour la partie culturelle (spectacle, concerts) de 16 000 à 23 000 personnes par an.

Le coût total prévisionnel, en tenant compte de la reprise des études de projet pour les optimisations environnementales est estimé à 18 837 000 €.

Ont été sollicités, pour faire partie d’un comité des partenaires et concourir à son financement : 4 M€ – Conseil Départemental de l’Aveyron (accord formalisé par la signature d’une convention de partenariat du 28 octobre 2019),

  • 4 M€ – Conseil Régional d’Occitanie (accord formalisé par arrêté attributif du 4 novembre 2019),
  •  1 M€ – Etat (dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) 2020 par arrêté attributif du 22 juillet 2020). 1 M € supplémentaire a été sollicité au titre du DSIL « Plan de relance »
  •  500 000 € sollicités auprès de la CCI Aveyron
  •  500 000 € sollicités auprès de la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron
  •  500 000 € sollicités auprès de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat
  •  200 000 € sollicités auprès de l’Ademe pour le choix énergétique – Géothermie.

Calendrier :

  • premier trimestre 2021 : consultation des entreprises
  • été 2021 : démarrage des travaux du Parc des Expositions (2 ans)
  • fin 2023 : livraison de l’équipement

Autour du parc des expositions, Rodez agglomération aménage la zone des Cazals, une nouvelle zone d’activités de 23 hectares répondant aux thématiques du sport, loisirs, détente, tourisme. 

Perspective sur le hall d'entrée

Répondre aux besoins économiques du territoire

La réalisation du Parc des Expositions vise à répondre aux besoins du territoire et de ses acteurs économiques en matière d’accueil de manifestations notamment de salons professionnels, conventions d’entreprises, séminaires, congrès, salons grand public, évènements sportifs, spectacles ou grands concerts… dans un lieu et un site accueillants et adaptés.

Le parc des expositions :

– offrira au tissu économique local un outil de valorisation, une « vitrine » pour exposer les richesses du territoire ;
– consolidera l’attractivité du territoire et viendra en soutien aux acteurs de l’économie locale ;
–  confortera le rôle de moteur de la dynamique économique ruthénoise dans le département et son positionnement à l’échelle régionale Nord Occitanie.

Par ailleurs, la zone des Cazals représente 54 lots et constituera deux pôles : un pôle loisirs et un pôle entreprises. Sur la tranche arrière, des lots sont réservés à la construction mécanique et à la robotique.

Développer le tourisme d'affaire

Le Parc des Expositions et la zone des Cazals participeront à la politique de mise en tourisme de l’Aveyron, avec le développement du tourisme d’affaire.

Il est appelé à constituer une vitrine du savoir-faire et des métiers de l’Aveyron dans les domaines particuliers de l’agriculture et de l’industrie, et au-delà dans tous les secteurs d’activités économiques.

Par son dimensionnement, le Parc des expositions répondra à une demande dépassant largement les limites intrinsèques du territoire de l’agglomération.

Les mesures pour éviter, réduire ou compenser les impacts du projet sur l'environnement et les énergies renouvelables

Le projet de Parc des expositions a toujours veillé à limiter son impact sur l’environnement.  Sur les 25 hectares aménagées, près de 6 hectares seront préservées en espaces verts.

Le saviez-vous ? 

–  La surface globale du projet a été réduite de 5 hectares (25 hectares au lieu de 30 hectares). La zone humide existante de 1,17 hectares sera étendue de 600 m²,  (le projet impacte seulement 358 m² de la zone humide qui s’étend sur 1,17 hectares).

– La majorité des haies et des arbres remarquables seront préservés par la mise en œuvre de « ceintures vertes » et « bandes enherbées » au droit des zones sensibles (haies, vieux arbres, mares). Des haies à plusieurs étages seront créées. Les travaux sur les haies et prairies sont réalisés en dehors des périodes sensibles du cycle biologique des espèces protégées (reproduction et hivernage des amphibiens et reptiles, reproduction et nidification des oiseaux).

–  Un protocole de sauvetage des individus d’espèces protégées sera respecté pendant les travaux.

–  Des bassins de rétentions paysagers seront créés pour assurer la gestion de l’eau pluviale et la dépollution des eaux de ruissellement. Les eaux de toitures et  eaux pluviales des bâtiments seront séparées pour alimenter directement la zone humide.

–  Le découpage des lots d’activités permettra de préserver les vestiges archéologiques.

–  Un écologue suivra les travaux et délimitera la zone de chantier. Les entreprises en charge des travaux seront sensibilisées au respect de la biodiversité par l’écologue.

–  La vitesse des engins de chantiers sera limitée pendant les travaux.

–  Un dispositif limitant l’intensité lumineuse (éclairage LED, lampadaires qui éclairent le sol, systèmes de minuteries et/ou dispositifs de détection de présence de personnes pour limiter la durée quotidienne d’éclairage) sera mis en place.

Parallèlement, des mesures compensatoires seront mises en place pendant 30 ans sur le Domaine de Combelles pour favoriser la conservation des espèces impactées par le projet du parc des expositions, et notamment :
– diffuser un « cahier des bonnes pratiques » auprès des gestionnaires ;
– modifier les régimes de pâturage des prairies et pelouses du site afin de réduire la pression de pâturage ;
– restaurer des haies à fonctionnalité écologique faible à moyenne
– supprimer les pièges à faune ;
– réguler l’alimentation en eau des passages à gué ;
– naturaliser les surfaces de stationnement ;
– restaurer les secteurs de pelouses sèches embroussaillées;
– planter des haies multi-étagées;
– créer des abris pour l’Herpétofaune (amphibiens et reptiles) et des sites de ponte pour les reptiles (Hibernacula) ;
– créer et restaurer les murets de pierres sèches;
– lutter contre la chenille processionnaire du pin;
– débroussailler autour des panneaux et/ou nettoyer les panneaux ;
– mettre en place des animations de sensibilisation à l’environnement pour le grand public ou les scolaires.

Par ailleurs, une forêt sera plantée sur la partie nord du site et les abords du site.

Le projet, qui prévoit un parking de 600 places au sud de l’emprise, s’accompagnera également d’un projet d’ombrières photovoltaïques (procédure AOT en cours).

La zone d'activité des Cazals

Cette zone, sur laquelle est implanté le Parc des expositions, est toute vouée à des activités répondant aux thématiques du sport, loisirs, détente, tourisme. Elle ne prévoit pas de commerces concernant l’équipement de la personne ou la distribution alimentaire. Pour répondre aux futurs besoins du Parc des expositions, la zone prévoit enfin d’accueillir de l’hôtellerie et de la restauration/cafés.

Cette opération d’aménagement d’ensemble intègre :

  • des infrastructures de desserte du site, greffées sur la RD 888 à l’ouest (carrefour à créer) et au sud (giratoire de la Boissonnade) ainsi que sur la RD 212 au nord ;
  • des espaces paysagers accueillant les équipements de rétention des eaux pluviales et préservant une zone humide au nord du site ;
  • un espace d’activité à vocation commerciale le long du mail central ;
  • un parc d’activités annexes (hôtellerie, restauration) et d’activités tertiaires, industrielles ou artisanales.

En chiffres :

  •  Superficie : 23 hectares
  • Découpage en 54 lots + Parc expositions 
  • 100 000 m² cessibles (cessions estimées à: 8 961 585 €)
  • Les prix des lots varient en fonction de la position des terrains et de la possibilité ou non de surface commerciale : de 135 à 65 euros le m2.
  •  Le coût des travaux suite à la passation des contrats de travaux s’élève à  5 163 543,80 € HT.
  • Les travaux qui ont débuté au mois d’octobre 2020 devraient durer 2 ans.
  • partager