Rodez agglomération

 
 

Accueil | Actualites| A la une sur Rodez Agglomération

 

Actualités

Publié le 24 mai 2018 | Agglo |

La première pierre de la maison de santé de Luc-La-Primaube posée

Ce 24 mai 2018, la première pierre de la Maison de santé pluri-professionnelle de Luc-la-Primaube est posée par Christian Teyssèdre, président de Rodez agglomération, Jean-Philippe Sadoul, maire de Luc-la-Primaube, Catherine Sarlandie de la Robertie, préfète de l’Aveyron et Jean-François Galliard, président du Conseil départemental. 

L’ancien bâtiment, place du Ségala, qui appartenait à la mairie a été démoli et laisse place à la construction de la Maison de santé de 1300 m2, qui accueillera 26/27 professionnels (10 médecins/internes, 1 cabinet infirmier, 3 sages-femmes,3 orthophonistes, 3 dentistes, 1 à 2 orthoptistes et un coordonnateur mutualisé).

Pose de la première pierre de la maison de santé de Luc-la-Primaube
Pose de la première pierre de la maison de santé de Luc-la-Primaube

Ce projet est piloté Rodez agglomération, en lien avec le pôle de santé du sud ruthénois, représenté par Dr Denis PEREZ (49 personnes), dont une vingtaine s’installera dans la future maison de santé.
Le montant global de l’opération s’élève à 3 293 506 € financé à 45 % par les loyers sur 15 ans, à 25% par Rodez agglomération et à 30% par l’Etat, le Département et la Commune.
La maîtrise d’œuvre du projet a été confiée, suite à un concours organisé au 1er trimestre 2017, au cabinet d’architectes Droits de cité associé à Triade.

Trois Maisons de Santé pluri-professionnelles sur l'agglomération

Rodez agglomération construit sur son territoire trois maisons de santé pluri-professionnelles, à Luc-la-Primaube, Onet-le-Château et Rodez dont les livraisons s’échelonneront en 2019.

Le 30 juin 2015, Rodez agglomération s’est dotée de la compétence facultative « Elaboration, exécution, suivi et évaluation du Contrat Local de Santé ». Initié dans le cadre du contrat de Ville et élargi à l’agglomération, le Contrat Local de Santé est un document cadre, signé par le Conseil Départemental, le Préfet, la DSDEN, Rodez agglomération, les représentants des professionnels de santé, la CPAM, la MSA, qui se décline en un diagnostic de territoire et un programme d’actions. L’accès aux soins est un enjeu prioritaire pointé dans le diagnostic du Contrat Local de Santé, co-piloté par Rodez agglomération et l’Agence Régionale de Santé (ARS). En effet, selon l’ARS, seulement 15% des médecins internes optent pour la médecine générale à l’issue de leurs études à l’échelle nationale, 40% en Midi-Pyrénées. Aussi, les jeunes médecins internes ne veulent plus gérer seuls une patientèle. Enfin, sur l’agglomération, 1 médecin sur 2 partira à la retraite dans les 10 ans à venir et les médecins n’acceptent plus de nouveaux patients.

Ainsi, en 2015, les professionnels de santé, l’ARS et les collectivités ont décidé de créer deux pôles de santé sur l’agglomération : un pôle Rodez / Onet et un pôle Sud Ruthénois autour de Luc-la-Primaube.

Le 2 févier 2016, Rodez agglomération a pris la compétence « construction des maisons de santé » et décidé de construire trois maisons de santé sur le territoire : une à Luc-la-Primaube, une à Rodez (quartier du Faubourg) et une à Onet-le-Château (quartier des Quatre Saisons, un des quartiers prioritaires du contrat de ville).

Publié le 18 mai 2018 | Habiter, se déplacer |

Fin du défi familles éco watt : les familles récompensées pour leurs efforts

En décembre dernier, Rodez agglomération a lancé un défi appelant des familles de l’agglomération à former une équipe pour réduire au quotidien leur consommation d’eau et d’énergie, sur une durée de 5 mois.

Pour Rodez agglomération, lauréate en juillet 2016 de l’appel à projet Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPcv), cette action traduit dans les faits une démarche de sensibilisation prévue par le Plan climat air énergie territorial de l’agglomération ruthénoise, mais aussi une action en faveur de l’habitat pour aider les ménages à réduire leur facture d’énergie.


Le 7 décembre 2017, 26 familles formant 7 équipes se sont lancées dans le défi familles éco. Au sein de chaque équipe, un capitaine a été sensibilisé aux économies d’énergies par l’Espace Infos Energie, à charge ensuite pour lui de transmettre ses acquis.
Il s’agissait pour chacune des équipes de mettre en pratique des gestes et des astuces pour réaliser des économies d’eau et d’énergie au quotidien tout en partageant des moments conviviaux.

Ainsi en 5 mois les familles ont économisés ou évités :
- 30 000 kWh , soit la consommation annuelle de près de 6 maisons BBC (à raison de 50 kWh/m²/an pour une maison de 100 m2) ou la consommation annuelle d’environ 2 maisons dans la moyenne française.(16500 kWh/an par foyer, source : chiffres clefs ADEME énergie 2014), ou encore 1 fer à repasser branché pendant 2 ans et demi (Puissance de 1400 W (source ADEME, opération économètre), durant 24h et 365 j)
- 4.68 tonnes éq.CO² , ce qui équivaut à 14 allers-retours Rodez-Paris en voiture (http://voyage.chiffres-carbone.fr/ basé sur le Bilan Carbone 6.1 de l’ADEME)
Pour émettre 1 tonne de C02, il faut environ deux semaines à un Américain, un peu plus d’un mois à un Européen, une année à un Indien.
- 100 m3 économisés d’eau soit la moitié du volume du bassin d’apprentissage d’Aquavallon, ou la consommation domestique annuelle moyenne d’un américain ou de 2 français ou de 20 africains.

Trois équipes lauréates ont atteint l’objectif de réduire d’au moins 10% leur consommation énergétique :
Equipe 1 : # Familles Eco-géniales de la Bosch avec gain de 19,09% s’est vu remettre un panier gourmand de produits alimentaires bio et locaux Loco-Motivés,
Equipe 2 : Les Croqs Watts avec un gain de 18,13% ont gagné un pack pour faire ses produits d’entretien de chez Biocoop (sac en toile offert par Biocoop),
Equipe 3 : Capitaine abandonné avec un gain de 17,96% s’est vu remettre une carte bus 50 déplacements offerte par Agglobus.

Les autres familles ont également été récompensées pour leurs efforts et ont reçu :
- un pack matériel remis dans le sac pour la collecte du verre composait d’un bon pour une visite guidée de la prochaine exposition Gutai, l’espace et le temps prévue au Musée Soulages, d’un bon pour les ateliers réalisés par le service Collecte (produits ménagers / cuisiner sans jeter), d’une documentation non numérisée (calendrier des fruits et légumes de saison, le guide du riverain, un carnet de courses…), d’un gobelet réutilisable Rodez Agglomération, de deux duos de led…

Pour clore ce défi dans une ambiance festive, les familles participantes ont assisté à un spectacle d’improvisation original sur la thématique des économies d’énergie joué par la troupe de théâtre des Imprototypes.

Les Improtypes ont animé cette soirée.

Vous aussi, au quotidien, vous pouvez réduire vos factures avec des astuces simples comme :
- Laver en machine à basse température et utiliser le programme « éco »
- Nettoyer régulièrement les filtres et joints de ta machine, idem pour frigo, lave-vaisselle et four (Test de la feuille de papier : si en fermant le four sur la feuille on peut la retirer, il faut le changer).
- Dépoussiérer l’arrière du réfrigérateur tous les ans et le décongeler tous les 3 mois
- Baisser le chauffage avant d’aller se coucher et fermer les volets
- S’habiller davantage au lieu de monter le chauffage
- Réchauffer plat au micro-ondes au lieu du four
- Eteindre le four 5 minutes avant la fin de la cuisson
- Privilégier la cocotte-minute plutôt que la casserole ou utiliser une marmite Norvégienne
- Mettre des couvercles sur les casseroles
- Installer un compte-minute dans la douche
- Diminuer le nombre de bains par semaine pour les enfants
- Débrancher les appareils électriques non utilisés (installer une multiprise avec interrupteur)
- Ne pas laisser les chargeurs branchés si non utilisés et débrancher l’appareil dès que le chargement est terminé
- Essorer bien draps et serviettes de bains avant l’utilisation du sèche-linge
- Organiser des repas aux chandelles.

Feuilleter le guide des éco-gestes de Rodez agglomération

Publié le 27 avril 2018 | Préserver |

La fritillaire pintade présente sur la zone humide de nostre seigne

Cette plante herbacée dont la fleur représente une clochette rose-fushia possède de nombreuses vertues. C'est une plante mellifère qui se développe dans les zones humides. Elle est très souvent menacée par le drainage de ces zones, les labours de prairies et l'utilisation de desherbants. On la retrouve aujourd'hui aux portes de Rodez, sur la zone humide de Nostre Seigne à Onet-le-Château.

Fritillaria meleagris est une vivace à bulbe qui s'installe sur les sols riches, sains et détrempés des prairies et des forêts alluviales: elle est une Sauvage spécifique des zones inondables. Les zones humides, considérées à tort comme des lieux insalubres et improductifs (ce sont en réalité des lieux où la biodiversité est particulièrement riche et variée), reculent sous l'effet de l'urbanisation (assèchements, remblaiements...), quand elles ne sont pas transformées en champs de cultures Fritillaria meleagris, à l'image d'autres locataires des zones alluviales, a aujourd'hui disparue de plusieurs pays et régions de France. Là où elle subsiste, elle est souvent enregistrée comme espèce protégée, ou au minimum, surveillée de près par les associations et les autorités.

Mais Fritillaria meleagris est aujourd'hui en péril, car son habitat disparait peu à peu...

Il va sans dire qu'il faut éviter les cueillettes pour laisser la Sauvage se reproduire autant que possible. Mais surtout, il faut travailler d'arrache-pied à la sauvegarde des zones humides et encourager les modes de culture propres.

La fritillaire pintade (Fritillaria meleagris) de la famille des liliacées
Noms vernaculaires : pintadine, oeuf de pintade, oeuf de vanneaux, damier, belle de mars, tulipe d’eau, gogane …
Si on devait établir un classement des plantes mellifères lourdement menacées par les activités humaines, la fritillaire pintade occuperait sans aucun doute, une des premières places du podium. Autrefois très répandues dans les prairies humides et inondables comme celles du val de Loire ou du val de Saône, elle est en très forte régression au point que de nombreux départements ont pris des arrêtés de protection. La principale cause de cette raréfaction désastreuse est liée directement à l’impact de l’agriculture intensive sur son biotope naturel. On peut notamment citer :
- le drainage des zones humides.
- le labourage des prairies alluviales pour implanter soit des peupleraies soit, le plus souvent, des champs de céréales.
- l’utilisation des désherbants ... 
La cueillette constitue évidemment un caractère aggravant et doit être strictement proscrite.

Etymologie
Le nom générique provient du latin Fritillus qui désignait une sorte de cornet utilisé pour jeter les dés. La forme des fleurs évoque un peu cet objet. Le nom spécifique provient également du latin meleagris qui correspond au nom de la pintade. Les différentes couleurs réparties en damier sur la corolle rappellent, un peu, le plumage moucheté de cet oiseau africain.
Souvent, les très nombreux noms vernaculaires évoquent également la couleur de la fleur.
Autrefois très abondante dans les prairies alluviales humides, « la tulipe d’eau » est en très forte régression à cause de la disparition de son biotope, le plus souvent à la suite d’un labour.

Description
La fritillaire pintade est une plante herbacée vivace par son bulbe. On dit qu’il s’agit d’une géophyte.
La tige grêle et cylindrique atteint 20 à 30 cm rarement plus et porte des feuilles alternes
linéaires et généralement repliées sur elles-mêmes en forme de gouttière. Ce feuillage gris-vert se confond souvent avec celui des graminées environnantes (vulpin des prés notamment). De fin mars à la fin avril, cette tige se termine par une fleur, rarement deux, en forme de grelot relativement gros comparativement à la taille de la tige. Malgré certains noms vernaculaires, cette fleur toujours penchée permet de facilement distinguer la fritillaire de la tulipe. Comme chez la plupart des liliacées, les 6 parties du périgone (calice et corolle réunis) sont identiques et on utilise le terme de tépales pour désigner ce type de pièce florale. La couleur des tépales varie du violet-pourpre foncé au violet- pourpre plus clair avec des nuances de blanc le tout réparti en damier ce qui est plutôt exceptionnel pour une fleur. On trouve parfois des exemplaires à fleur blanchâtre. Les tépales possèdent des creux nectarifères très attractifs pour les butineurs comme les abeilles et surtout les fondatrices de bourdons. L’intérieur de la fleur présente six étamines à anthères jaunes et un style à 3 stigmates plus long. Le fruit est une capsule qui contient de nombreuses graines.
Chaque tépale présente un creux nectarifère repérable à l’extérieur par une tache plus foncée à la base. Le nectar odorant attire les abeilles et les fondatrices de bourdon terrestre.
Le feuillage graminiforme de la fritillaire à damier se noie dans celui des graminées avoisinantes.
La floraison a lieu en même temps que celle de la cardamine des prés.

Le saviez-vous ?
Les fritillaires sont des plantes toxiques connues pour éloigner les taupes.
On trouve facilement des bulbes issus de culture en vente dans le commerce ce qui permet de cultiver cette très jolie plante. Elle se naturalise facilement dans les jardins et les pelouses suffisamment humides.

Publié le 27 avril 2018 | Préserver |

La "petite recyclerie" ouvre à Onet-le-Château

L’association Régie de Territoire Progress ouvre un atelier de recyclage et de réemploi, la « petite recyclerie », place des Rosiers à Onet Le Château (ancienne épicerie Vival).

Dans cet atelier, Progress démantèle les ordinateurs qui ne fonctionnent plus pour en reconditionner de nouveaux qui seront donnés ou revendus à bas prix. Alimentée par un premier stock donné par le Conseil Départemental, l’association à but d’insertion professionnelle, a pu lancer cette nouvelle filière de réemploi et former 2 opérateurs informatiques. L’atelier est ouvert tous les lundis de 12h à 18h. Une « boîte à dons » est aussi accessible de l’extérieur ce qui permet de déposer du matériel à tout moment. L’association reprend également les livres.

Œuvrant dans le réemploi en lien avec les acteurs sociaux du territoire, ce projet de recyclerie bénéficie du soutien de Rodez agglomération, en tant que territoire labellisé« territoire à énergie positive pour la croissance verte » et par rapport à son programme « territoire 0 déchet, 0 gaspillage ». Il entre également dans les compétences de Rodez agglomération pour le développement de l’économie circulaire et la mise en œuvre de la politique de la ville.

Informations au 06 47 27 64 40.

Publié le 24 avril 2018 | Agglo |

Le dernier numéro du magazine de Rodez agglomération

Le magazine de Rodez agglomération L'agglo, le mag 5
  Avril 2018 - n°5

  Nos 22 enagagements pour l'environnement

 voir le document

 

 

Actualités précédentes

24 avril 2018 | Le dernier numéro L'agglo le mag

24 avril 2018 | « Verre l’infini… et au-delà ! »

13 avril 2018 | Un soutien renouvelé à Aveyron Initiative

12 avril 2018 | Le conseil du mois du défi familles éco-watt

10 avril 2018 | Distribution annuelle des sacs poubelle

15 mars 2018 | Donnez votre avis sur le projet de Plan climat

05 mars 2018 | Ouverture d'une plateforme de broyage des déchets verts

02 février 2018 | Très haut débit : toutes les entreprises éligibles

26 janvier 2018 | La révision n°5 du PLUi entre en vigueur

16 janvier 2018 | Le dernier numéro du mag de l'agglo

22 décembre 2017 | Le point info tri déménage

> Voir toutes les actualités

Retrouvez-nous sur

La page Facebook de Rodez AgglomérationLa page Twitter Rodez Agglomération

Le site internet MyRodez