Le projet alimentaire territorial

Depuis octobre 2021, le projet alimentaire territorial de Rodez agglomération bénéficie de la reconnaissance du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

marché de rodez
marché de Rodez

Un projet de territoire autour de l'agriculture et l'alimentation

Dans le cadre de sa démarche globale de développement durable, qui touche tous les pans de son activité et de ses compétences (transports, déchets, habitats, etc), Rodez agglomération a fait de l’agriculture et de l’alimentation un axe prioritaire de son action. En effet des enjeux territoriaux majeurs ont été définis avec l’ensemble des partenaires de la filière :

– Une alimentation saine et durable pour tous. La volonté est de faire que le plus grand nombre, en agissant progressivement avec une approche intergénérationnelle, s’approprie les bonnes pratiques en matière d’alimentation. L’objectif est également de faciliter l’accès de toutes et tous à cette alimentation saine et durable, bonne pour la planète comme pour les consommateurs.

– La diversification, le renforcement, la structuration de nouvelles filières et de productions Bio. L’agglo a à faire face à un déficit d’offre de légumes issus de l’agriculture biologique, face à une demande potentielle réelle, Afin de répondre à cette demande, Rodez agglomération et ses partenaires multiplient les axes de travail pour consolider la filière biologique locale.

– Le maintien des exploitations existantes et l’accompagnement des nouvelles vocations agricoles. La question de la transmission/reprise est particulièrement décisive (près de 50% des exploitations sont gérées par un chef d’exploitation âgé de 55 ans ou plus)

 – Création d’emplois non délocalisables autour d’une agriculture responsable. Favoriser l’installation de jeunes agriculteurs, favoriser le développement des circuits courts locaux, les filières écoresponsables, en développant les actions de formation et d’accompagnement.

Mobiliser les acteurs pour répondre aux enjeux

Un inventaire participatif des insectes pollinisateurs sauvages a été réalisé sur le site de Nobin de Gros.
Un inventaire participatif des insectes pollinisateurs sauvages a été réalisé sur le site de Nobin de Gros.

Pour répondre à ces enjeux, le Projet alimentaire territorial de Rodez agglomération s’organise autour de 4 axes stratégiques et 9 objectifs opérationnels qui mobilise tous les acteurs de la filière :

1-     Contribuer à la souveraineté alimentaire du territoire

• Maintenir l’agriculture sur le territoire et créer des emplois non délocalisables. Il s’agit ici de susciter des vocations auprès des jeunes, de favoriser la transmission des exploitations existantes et d’accompagner au mieux les nouveaux porteurs de projets.

• Mettre en adéquation la production et les besoins du territoire. Pour y parvenir, Rodez agglomération ambitionne de créer, avec ses partenaires, un site de production maraichère biologique sur le site de Nobin de Gros, à Sainte-Radegonde.

2-      Concilier agriculture et préservation-valorisation des ressources naturelles :

• Considérer la biodiversité comme une alliée de l’agriculture et non une contrainte.

• Anticiper les conséquences du changement climatique sur les ressources naturelles. La question de la gestion de l’eau est ici centrale et anime les réflexions de Rodez agglomération.

3-       Accompagner l’évolution de pratiques alimentaires

Construire et accompagner une politique de qualité alimentaire en restauration collective. Rodez agglomération accompagne les communes de son territoire pour les aider à atteindre les objectifs de la loi EGALIM : 50% de produits durables et de qualité, dont 20% de produits issus de l’agriculture biologique. Une fois ces objectifs atteint, l’ambition de Rodez agglomération est d’aller plus loin encore.

Valoriser le patrimoine agricole et alimentaire en promouvant les circuits courts et locaux. L’agrotourisme est ici un outil idéal pour valoriser le travail des agriculteurs et répondre aux attentes des visiteurs.

Favoriser l’accès à une alimentation de qualité à moindre coût. Une étude est en cours auprès des acteurs de l’aide alimentaire et de leurs bénéficiaires afin de s’appuyer sur ce riche réseau associatif et améliorer la qualité des produits distribués tout en faisant en sorte d’accroitre la part des produits locaux de qualités.

4-       Pérenniser la dynamique territoriale sur l’agriculture et l’alimentation durable

• Animer la collaboration des différents acteurs et s’assurer des moyens pour y parvenir. Pour ce faire, la collectivité a recruté un agent chargé d’animer le réseau de partenaires de son projet alimentaire territorial.

• Faire de l’alimentation saine et durable, le positionnement du territoire en se dotant d’outils de communications dédiés (marque, site internet, flyers, guides…).