Les communes

Druelle-Balsac

À l’ouest de Rodez agglomération, la commune de Druelle-Balsac s’étend sur un plateau dominant l’Aveyron à l’entrée du Vallon de Marcillac et occupe une superficie de 51 km2. Elle compte 2 943 habitants. Balsac, Capdenaguet, Le Pas, Abbas, Le Bouldou, Les Roches Plantées, Ampiac, Agnac, Les Bastides… La commune de Druelle-Balsac est au cœur de multiples hameaux.

Son centre historique est localisé sur Balsac, Ampiac et Druelle. Gargouilles à têtes de lion du clocher de l’église gothique d’Ampiac, salle capitulaire du prieuré grandmontain du Sauvage (XIIIe siècle), donjon et cour du château renaissance de Balsac, maison natale de la fondatrice de la congrégation de la Sainte-Famille (XVIIIe siècle), Émilie de Rodat sont autant d‘éléments remarquables de son patrimoine. Le rayonnement de la cité est aussi lié à la grande journée de randonnée sportive (pédestre et en VTT) du premier mai, rythmée par « La randonnée du muguet » et la « Boucle druelloise».

L’aménagement d’équipements, de voirie et de services à la population, l’animation de ses hameaux, ont marqué le développement de Druelle au cours de ces dernières années : parmi les projets importants,  l’aménagement de la zone commerciale et de nouveaux lotissements. Les familles druelloises bénéficient du réseau intercommunal Relais assistantes maternelles.

Commune nouvelle depuis le 1er janvier 2017 au cœur de Rodez agglomération, Druelle-Balsac est très soucieuse de préserver la qualité de vie des habitants et de son environnement.

Le Monastère

Au sud-est de Rodez agglomération, depuis le confluent de l’Aveyron et de la Briane, Le Monastère s’étend sur le plateau du Puech. La commune occupe une superficie de 673 ha et compte 2199 habitants (Monastériens).

Village de caractère au cachet médiéval, la commune doit son nom à l’abbaye de Bénédictins fondée à l’époque carolingienne. Son pont gothique enjambant l’Aveyron est là pour témoigner d’une histoire économique marquée par les foulons, la teinturerie et la tannerie – la tannerie Arnal fonctionne encore.

À un « pont » du complexe de loisirs, touristique et sportif de Combelles, Le Monastère est tout au long de l’année, au cœur d’événements équestres de portée nationale et internationale. Son église (Saint-Blaise) résonne régulièrement de concerts de renom.

Les familles monastériennes peuvent profiter du réseau Relais assistantes maternelle intercommunal, de l’école des Quatre Rives et de la densité de sa vie associative. La commune héberge par ailleurs la zone artisanale du Puech et possède les commerces et services de proximité en bordure de l’Aveyron. Les marchés de producteurs de pays qui ponctuent ses nuits d’été, contribuent à l’animation du commerce et de l’artisanat dans l’agglomération. Une toute nouvelle salle polyvalente, ses parcours de pleine nature, le parc de la Briane sont autant d’espaces privilégiés pour la détente et les loisirs.

Luc-la-Primaube

Marquant l’entrée sud de Rodez agglomération, la commune de Luc-la-Primaube s’étend sur une superficie de 2 685 ha.

La ville a connu entre les deux recensements, une forte progression démographique servie par l’apport d’une population jeune et active qui atteint aujourd’hui près de 5868 habitants (Lucois et Lucoises).

Située sur l’axe RN 88, en prise directe sur le développement de Rodez agglomération, les infrastructures de communication représentent un atout évident qu’il s’agissait toutefois de maîtriser pour préserver la sérénité du site. La construction du viaduc de la Brienne, qui lui assure une liaison directe avec Olemps, la déviation de la RN 88 ont, sans conteste, accompagné le développement de la commune.

De nombreux équipements sociaux, sportifs et de loisirs, une vie associative très dense… Luc-la-Primaube a su conforter sa vocation résidentielle par l’offre d’une large palette d’activités agricoles, commerciales, artisanales et de services.

Luc-la-Primaube est aujourd’hui l’un des principaux pôles d’ancrage économique de Rodez agglomération. Elle compte avec le site de Naujac l’une des 4 grandes zones d’activités intercommunales de l’agglomération.

Au carrefour du développement urbain et des grands espaces, Luc-la-Primaube associe à sa dynamique économique un cadre naturel et d’habitat qui fonde solidement son attractivité.

Onet-le-Château

Au nord de l’agglomération, la commune d’Onet-le-Château s’étend sur 40 km2 et sa population de plus de 11 632 habitants (les Castonétois) la place au 4ème rang des villes du département de l’Aveyron. Cette commune est une terre d’accueil et d’intégration : plus de 15 nationalités y sont représentées.

Son château est une ancienne résidence d’été du Chapitre de Rodez. Le patrimoine et les espaces naturels préservés sont à découvrir lors d’événements sportifs comme La Transcastonétoise, la Cycl’Onet ou la Castonétoise mais aussi grâce aux nombreux circuits de randonnée.

Son château et ses églises résonnent souvent de concerts, tandis que la MJC constitue un lieu de rendez-vous pour la pratique d’un loisir et pour les passionnés d’expositions. Des clubs sportifs réputés, des associations culturelles et de loisirs dynamiques, s’ajoutent à ce haut niveau d’animation ponctué de festivals très appréciés.

Grandes aires de jeux, tennis couverts, piscine et espace « sports et jeunesse », terrain de football synthétique ou skate parc, Onet-le-Château est une terre privilégiée pour les loisirs. Elle l’est aussi pour l’accès aux services les plus divers : la zone commerciale des Balquières, la zone commerciale de l’Estréniol ou le pôle automobile.

Aux portes de l’agglomération ruthénoise, la commune compte aujourd’hui près de 5000 emplois. L’installation de Bosch France, Drimmer, Lactalis, Valmont a généré, au cours des années soixante, un essor industriel et commercial synonyme de croissance économique pour l’ensemble de Rodez agglomération.

Les quartiers des Quatre Saisons en cours de reconfiguration dans le cadre du contrat de ville et des Costes-Rouges – dont la 2e phase d’urbanisation a été lancée – témoignent aussi de sa forte évolution résidentielle. Avec l’éco-quartier de Cantagrelh, la requalification de la route d’Espalion en centre urbain autour du Théâtre et du projet immobilier qui l’accompagne, Onet-le-Château apparaît bel et bien comme une ville nouvelle et durable.

Olemps

Au sud de Rodez agglomération, la commune d’Olemps s’étend sur une superficie de 14 km2 et franchit le seuil des 3325 habitants (Olempiens). Si le quartier de la Mouline, avec l’ancienne RN 88, reste particulièrement fréquenté, l’accès principal, depuis Rodez, et son ouverture sur l’extérieur se font par le boulevard urbain.

Les deux tiers de son espace sont consacrés à des activités agricoles ou sont préservés en zones naturelles telle que la vallée de l’Aveyron et le bois de Linars bientôt doté de sentiers pédestres qui viendront conforter les nombreux chemins de randonnée qui existent sur le territoire. Croix classée, manoirs et châteaux, dont celui de Castelgaillard (XVI-XVIIe siècles)… Olemps présente un patrimoine architectural remarquable. L’animation n’y est pas un vain mot avec ses multiples manifestations comme le marché hebdomadaire du jeudi, le marché du goût et du bien-être, les événements sportifs et les festivités portées par les associations…

Une attrayante aire de jeux pour les enfants, un vaste espace sportif et de nombreux terrains de sport, une médiathèque municipale… Olemps offre à sa population de nombreux équipements, commerces et services. Elle accueille aussi l’établissement de long et moyen séjour du centre hospitalier de Rodez, l’annexe Les Peyrières ainsi que le centre hospitalier Ste Marie et sa maison d’accueil spécialisée.

Cet ensemble, particulièrement attractif, se voit conforté par de nouveaux projets tels que le lotissement communal Le Couchant ou encore celui de la Prade et des Coteaux du Moulin, sans oublier le village Séniors.

Enfin Olemps contribue aussi à la vie économique de Rodez agglomération grâce à ses parcs commerciaux et d’activités comme le parc d’activités communautaire de Malan.

Rodez

Rodez compte 25 833 habitants (Ruthénois). Ville préfecture, elle est le centre vital du département ; elle est aussi celui d’une agglomération avec laquelle elle a bâti le projet solidaire de Rodez agglomération.

La cité plus que deux fois millénaire est un parcours d’histoire, d’art et de patrimoine.

Miraculeux souvenirs des temps les plus anciens qui revivent et rayonnent au musée Fenaille… Héritage d’une cour comtale et d’un épiscopat qui lui donnent ses plus beaux monuments… Tracés sculpturaux d’une allure déjà moderne avec lesquels viennent jouer des lignes et volumes pris dans le temps contemporain, au musée Denys-Puech… Ecrin de corten pour le peintre Pierre Soulages au musée Soulages.  Échos des troubadours dans la poésie d’Artaud mais aussi dans cette Estivada qui actualise si bien le monde occitan… Programmations diversifiées, denses, de qualité, que dispensent MJC, Amphithéâtre, cinémas, centre universitaire, salle des fêtes. Manifestations sportives portées par des clubs d’audience nationale, événements nationaux et internationaux à l’instar du Tour de France, des championnats mondiaux de gymnastique aérobic, festivités populaires, salons, animations commerçantes… Il ne se passe pas un jour sans que Rodez soit à nommer ou à découvrir.

La ville a connu, depuis les années soixante, un essor remarquable, exceptionnel pour la région dont elle est aujourd’hui l’un des bassins économiques les plus dynamiques. Plus de 2500 entreprises y sont en activité à ce jour, dans l’agro-alimentaire, l’industrie ou les services.

Pôle majeur de services publics en même temps que grand carrefour commercial, l’ancienne capitale rouergate est désormais une métropole française du XXIe siècle offrant les services les plus diversifiés.

Sainte-Radegonde

Au sud-est de Rodez agglomération, la commune de Sainte-Radegonde s’étend sur 30 km2 et compte 1761 habitants (Radegondiens). Depuis le monument des Martyrs de la Résistance s’ouvre un remarquable panorama sur toute l’agglomération.

Devant son nom à l’épouse du roi Clothaire, Sainte-Radegonde est empreinte d’histoire et de patrimoine. Ses deux églises fortifiées sont deux modèles exemplaires d’architecture médiévale. Le centre du village abrite aussi de belles demeures Renaissance et la commune a mené une importante opération de revalorisation de son centre ancien.

Le bourg grandit avec le souci de préserver sa principale richesse : la nature. Sainte-Radegonde est le point de départ d’un réseau de chemins ruraux et de sentiers thématiques de randonnées. La commune propose des services tels qu’une salle d’animation sur le Champ-du-Moulin, un relais assistantes maternelles.

Deux fois primée au Salon de l’agriculture pour la qualité de ses élevages, Sainte-Radegonde était destinée à accueillir la zone d’activité intercommunale d’Arsac, à vocation agroalimentaire.

Sébazac-Concourès

Marquant l’entrée nord de l’agglomération, sur l’axe de la RN 88, la commune de Sébazac-Concourès s’étend sur une superficie de 26km2. Sébazac-Concourès s’épanouit pleinement à la rencontre du causse et de la ville : ces deux atouts majeurs assurent à ses 3207 habitants une qualité de vie reconnue et enviée. Mais la commune veut rester à taille humaine… le village grandit, certes, mais pas trop vite. L’urbanisme s’y veut maîtrisé.

Le Causse Comtal, tout proche, offre l’immensité de ses paysages encore sauvages, la sérénité des promenades entre murets de pierre sèche et genévriers, de cazelles en dolines. Sébazac est la commune des vastes espaces propices à la découverte et à la randonnée.

La commune bénéficie de la proximité de la ville, de ses services, de ses infrastructures et de son dynamisme. Le pôle commercial Le Comtal, aujourd’hui étendu à l’Estréniol, assure aux Aveyronnais un grand ensemble commercial choix de commerces.

La vitalité des associations sébazacoises offre, en plus des activités habituelles, des loisirs originaux tels que la forge, le patinage, la montgolfière, le verger de sauvegarde…

  • partager