Le musée Denys-Puech

Le musée Denys-Puech est un écrin architectural conçu par André Boyer pour présenter les œuvres du sculpteur Denys Puech (1854-1942). Denys Puech a pratiqué un art conformiste mais élégant qui lui a valu une belle reconnaissance officielle. Le musée accueille aussi les œuvres de deux artistes aveyronnais contemporains de Denys Puech : le peintre orientaliste Maurice Bompard et le graveur Eugène Viala.

Les sculptures de Denys Puech

Le musée des aveyronnais

Dès 1903, le sculpteur Denys Puech forme le projet de réaliser à Rodez « un sanctuaire de l’art Aveyronnais ». Après avoir offert à la Ville un fonds important de sculptures et de dessins, il convainc ses amis, le peintre orientaliste Maurice Bompard (1857-1935) et le graveur Eugène Viala (1858-1913), de faire don de quelques-unes de leurs œuvres pour constituer les collections du futur musée.

En accord avec l’artiste, l’architecte André Boyer dessine les plans du musée. Une façade rythmée par de larges baies vitrées destinées à éclairer le rez-de-chaussée abrite la sculpture. Un escalier monumental mène à l’étage vers la salle initialement destinée aux peintures. Le musée est inauguré en 1911.

Depuis 1987, le musée Denys-Puech s’ouvre à la création contemporaine. En 1989, François Morellet réalise sur les façades Nord et Sud des « intégrations » qui commentent discrètement l’architecture de Denys Puech. Depuis 2005, six chiens jaunes de l’artiste Aurèle s’exposent sur la façade du musée. Les expositions contemporaines permettent également d’accueillir très régulièrement des artistes contemporains pour des créations in situ.

Dessins, eaux fortes, assemblages de Christian Lapie...

"Christian Lapie, le souffle du temps" jusqu'au 15 septembre

En parallèle des figures de bois brut présentées dans la ville, c’est l’essence même du sculpteur qui est présentée au musée Denys-Puech. L’artiste Christian Lapie se dévoile ici au travers de figures dessinées à l’aide de jus goudronnés, des eaux fortes sur papier vélin très épais ou encore des assemblages faits de tôles ondulées.

Les coquilles d'escargot de l'Aubrac et le sable de la vallée du Lot composent ce verre inédit.

"Premières lumières" jusqu'au 15 septembre

Substituant le temps de l’exposition les verres de la grande verrière intérieure par un « verre du Rouergue », matière inédite composée par Antonin Pons-Braley et Lucile Viaud à partir de coproduits locaux. Les deux artistes rendent hommage aux vitraux de Pierre Soulages pour l’abbatiale Sainte-Foy à Conques ainsi qu’au territoire qui les accueille.

Horaires d'ouverture

Du mardi au dimanche – 14h/19h

  • partager